6 exemples de relations de couple nocives

Personne ne nous a jamais vraiment appris comment être un petit ami ou une petite amie parfaite. Bien sûr, nos parents / aînés nous ont appris ce qu’est le sexe au niveau théorique, et le reste, nous l’avons appris via des obscures histoires d’amour du 19ème siècle.

Mais quand il s’agit d’entrer dans le vif du sujet, on ne nous donne pas de directives précises ou pire encore on nous donne les conseils venant des magazines féminins.Mais une partie du problème est sans aucun doute le fait que de nombreuses habitudes de relations malsaines sont ancrées dans notre culture.

Les hommes et les femmes sont élevés de façon à objectiver l’autre et se fier les relations qu’ils ont. Ainsi, nos partenaires sont souvent considérés comme des objets ou des faire-valoir, plutôt que comme des personnes qui nous apportent un soutien émotionnel.

Et pour la plupart d’entre nous, maman et papa n’étaient sûrement pas les meilleurs exemples qui soient.

Heureusement, de nombreuses études psychologiques ont réussi à isoler les critères garants d’une relation saine et heureuse. La plupart des gens ne connaissent pas ces critères ou ne les respectent pas, notamment parce que leur application est considérée comme anormale dans un couple.

Voici six phénomènes courants, que beaucoup de couples croient sains et normaux, mais qui sont en réalité réellement nocifs et détruisent tout ce qui leur est cher.

1 – Le tableau de scores

Description du problème : Le phénomène de « compter les points », c’est quand quelqu’un continue de vous blâmer pour les erreurs du passé, afin de tenter de justifier leurs actions du moment ou d’« équilibrer » celles-ci. Si les deux personnes dans la relation tombent dans ce travers, on obtient une relation de type “tableau de bord” où il s’agit de savoir qui a fait le plus d’erreurs au cours des derniers mois (ou années), et donc qui “doit” le plus à l’autre.

Pourquoi c’est toxique : le tableau de bord s’allonge au fil du temps, car de nouveaux actes répréhensibles viennent sans cesse s’y ajouter. Si cela continue, chaque partenaire passera son temps à essayer de prouver qu’il est moins coupable que l’autre, plutôt que de résoudre le problème actuel. Chacun essaiera  d’être moins mauvais pour l’autre au lieu d’être plus juste pour l’autre.

Ce que vous devez faire : Traiter les questions individuellement, sauf si elles sont légitimement connectées. Aujourd’hui il vous faut ignorer ces événements passés n’ayant rien à voir les uns avec les autres, afin d’éviter cette situation malsaine.

Vous devez reconnaître qu’en choisissant d’être avec cette personne, vous avez choisi d’être avec l’ensemble de ses actions et accepter son vécue

2 – Conseils et autres agressions passives

Description du problème : Au lieu d’exprimer clairement un désir ou une pensée, votre partenaire essaie de vous pousser dans la bonne direction à l’aide d’insinuations.

Au lieu d’exprimer ouvertement ce qui vous énerve, vous le glissez à votre partenaire de façon sournoise afin de l’irriter. De cette manière, vous donnez l’impression que vos plaintes sont justifiées.

Pourquoi c’est toxique :  cela montre que vous êtes tous les deux mal à l’aise à l’idée de communiquer clairement avec l’autre. Une personne n’a pas de raison d’être agressive si elle se sent en sécurité au moment d’exprimer sa colère.

Ce que vous devez faire : exprimez vos sentiments et vos désirs ouvertement.

Vous devez préciser que :

  • l’autre personne n’est pas nécessairement responsable ou obligée de quoi que ce soit
  • vous aimeriez avoir son soutien.

Si votre partenaire vous aime, il va (presque) toujours être en mesure de vous le donner.

3 – Le phénomène de prise en otage

Description du problème : On assiste à ce phénomène quand une personne émet une critique et s’en sert pour menacer le bien-fondé de la relation dans son ensemble.

Par exemple, si votre partenaire sent que vous avez été froid avec lui, au lieu de dire, « je sens que tu es froid avec moi parfois » il dira « je ne peux pas sortir avec quelqu’un qui est tout le temps froid avec moi ».

Pourquoi c’est toxique : Cette démarche relève du chantage affectif, et crée beaucoup de tensions inutiles.

Ce que vous devez faire : c’est bien beau de se fâcher avec votre partenaire ou de ne pas aimer quelque chose chez lui. C’est ce qu’on appelle être humain. Mais sachez que s’engager avec quelqu’un ne veut pas dire “porter un amour inextinguible” à cette même personne.

Deux partenaires qui sont en mesure d’échanger des critiques constructives, sans jugement ni chantage, vont renforcer leur relation sur le long terme.

4 – Blâmer votre partenaire pour vos humeurs changeantes

Description du problème : Disons que vous avez une journée où rien ne va et votre partenaire n’est pas attentif et ne vous soutient pas comme il faudrait pour le moment.

Il a été au téléphone toute la journée avec des collègues de travail. Il est distrait lorsque vous allez le voir. Vous voulez vous poser à la maison et regarder un film ce soir, mais il a prévu de sortir et voir des amis.

Vous vous déchaînez sur lui, lui reprochant d’être insensible à votre égard. Vous avez eu une journée pourrie et il n’a rien fait pour l’améliorer.

Bien sûr, vous n’avez pas demandé la lune, mais il devrait juste savoir quoi faire pour que vous alliez mieux. Il devrait avoir éteint son téléphone et changé son programme en fonction de votre humeur.

Pourquoi c’est toxique : Blâmer votre partenaire pour vos humeurs est une forme subtile d’égoïsme et un exemple classique de mauvaise gestion de l’espace privé.

Lorsque vous jugez que votre partenaire est responsable de la façon dont vous vous sentez (et vice-versa), vous pouvez développer une co-dépendance.

Soudain, votre partenaire n’est pas autorisé à planifier des activités sans vérifier d’abord avec vous. Toutes les activités à la maison (même les plus banales comme lire des livres où regarder la télévision) doivent être négociées et compromises.

Quand quelqu’un commence à s’énerver, tous les désirs personnels s’envolent, car il est maintenant de votre responsabilité de faire en sorte que l’autre se sente mieux.

Bien sûr, si votre partenaire se fâche contre vous une fois parce qu’il a eu une journée pourrie, qu’il est frustré et a besoin d’attention, c’est compréhensible. Mais s’il attend que votre vie tourne autour de son bien-être émotionnel, à tout moment, vous allez devenir très amer et cela peut même vous pousser à manipuler ses sentiments et ses désirs.

Ce que vous devez faire : prenez la responsabilité de vos sauts d’humeur et assurez-vous que votre partenaire fait de même. Il y a une différence subtile mais importante entre soutenir votre partenaire et vous sentir contraint à son égard : un sacrifice doit toujours être volontaire.

5 – Afficher de la « jalousie Amoureuse »

Description du problème : Cela vous met en rogne quand votre partenaire flirte, touche, téléphone, ou même envoie un texto à une autre personne ? Vous en rejetez la faute sur votre partenaire et essayez de contrôler ses moindres faits et gestes ?

Bien souvent, ce comportement conduit :

  • au piratage de la boite e-mail,
  • à des lectures indiscrètes de textos
  • à un pistage urbain improvisé
  • à rendre des visites inopinées à votre partenaire

Pourquoi c’est toxique : Les comportements ci-dessus sont révélateurs d’un manque de confiance envers votre partenaire. Ils relèvent du contrôle émotionnel, de la manipulation, et sont générateurs de conflits inutiles.

Incidemment, vous sous-entendez que votre partenaire est :

  • un menteur
  • ou qu’il est incapable de contrôler ses pulsions.

Dans les deux cas, c’est humiliant.

Cela n’a rien à voir avec le fait de “démontrer votre affection”. Ne confondez pas jalousie et amour… Les gens qui ne sont pas jaloux n’en sont pas moins amoureux !

Ce que vous devez faire : faites confiance à votre partenaire. C’est une idée radicale, et pour beaucoup “nouvelle”, je sais. La jalousie est naturelle. Mais la jalousie excessive et les comportements de contrôle à l’égard de votre partenaire sont le signe de votre propre sentiment d’indignité.  Vous devez apprendre à vous contrôler, sinon… Vous allez pousser à bout votre partenaire.

À lire aussi : Pourquoi mon mari a fini par me tromper

6 – Acheter des solutions à des problèmes relationnels

Description du problème :  Chaque fois qu’un conflit ou un problème majeur s’immisce dans la relation, au lieu de le résoudre, vous le recouvrez sous une montagne de cadeaux et de bons sentiments (un bouquet de fleurs, un voyage en tête à tête…).

Pourquoi c’est toxique : non seulement cela met le vrai problème sous le tapis (d’où il va toujours ressurgir à un moment ou à un autre), mais il crée un précédent malsain dans la relation.

Ce n’est pas un problème spécifique au genre (homme / femme), mais je vais utiliser des exemples marqués pour bien vous faire comprendre. Imaginons que chaque fois qu’une femme est en colère contre son petit ami, l’homme « résout » le problème en achetant à la femme quelque chose de gentil, ou l’emmène dans un bon restaurant.

Cela incite la femme à trouver inconsciemment plus de raisons d’être en colère contre son petit ami. Par ailleurs, cela ne pousse aucunement l’homme à se remettre en question. Bref, cela ne fait qu’empirer la situation : on obtient un mari qui se sent comme un guichet automatique, et une femme amère, qui ne se sent pas entendue.

Ce que vous devez faire : en fait, vous le savez déjà… C’est traiter le problème. La confiance a été entamée ? Parlez-en pour la reconstruire. Vous vous sentez ignoré ou incompris ? Parler des moyens de rétablir ces sentiments d’appréciation. Communiquez !

Il n’y a pas de mal à offrir de beaux cadeaux dans le but de souder davantage les liens du  couple. Mais il ne faut jamais avoir recours à ce stratagème pour masquer des problèmes sous-jacents. Pensez à cela comme une pyramide de Maslow : les besoins plus fondamentaux doivent être assouvis avant de vous concentrer sur des produits ou services de luxe.

Si avec tous ces conseils vous n’arrivez pas à trouver de l’apaisement dans votre couple, n’hésitez pas à vous rendre en thérapie de couple avant qu’il ne soit trop tard.