Mythomanie

La mythomanie est le fait de mentir sans même s’en rendre compte. Les malades victimes de cette pathologie éprouvent un besoin incontrôlable de s’inventer une vie pour fuir la leur. Atteinte de mythomanie, la victime ne se rend pas compte de sa situation ; il est alors souhaitable que des proches lui viennent en aide.

Il y a 4 types de mythomanie : la vaniteuse, l’errante, la maligne et la perverse. Les mensonges du mythomane, n’étant pas intentionnels, n’ont pas pour objectif de duper qui que ce soit. Le mythomane veut faire accepter sa réalité et son imaginaire aux autres et, pour y parvenir, il ment. Bien qu’étant une simple maladie, la mythomanie peut aussi avoir des symptômes d’ordre psychiatriques, qui sont des fois graves, notamment la psychose ou la névrose.

Il est aussi à noter que la victime de mythomanie n’emploie pas ses mensonges pour arriver à des fins pratiques, telles que l’escroquerie. Bien au contraire, il semblerait qu’il le fasse uniquement dans le but de satisfaire son équilibre mental, lui permettant d’esquiver une réalité à laquelle il ne peut faire face. Il se donne ainsi l’illusion de changer cette réalité douloureuse en inventant un monde meilleur. Cette fuite de la vérité traduit généralement un manque de maturité affective et de confiance en soi.

Causes

Comme dans la majorité des maladies psychiatriques, il est difficile de découvrir une ou des origines bien déterminées expliquant les troubles observés. En effet, il a été observé que le mythomane ment souvent parce qu’il craint la réaction (de dévalorisation, par exemple) qu’entraînerait l’aveu de la réalité. Toutefois, selon les psychiatres, un choc émotionnel tel que le décès d’un proche, un échec sentimental, scolaire ou professionnel, peut faire disparaître la réalité du mythomane pour céder la place à des propos imaginaires.

Symptômes

Le mythomane éprouve un désir intense à mentir. Souvent, il ment parce qu’il veut fuir sa situation réelle en trouvant refuge dans son monde imaginaire. Toutefois, pour être satisfait, il tient à ce que les autres aussi croient en lui. Il n’y a, cependant, pas vraiment d’évolution à proprement parler de la maladie. Lorsqu’elle n’est pas spécifique, s’il s’agit d’un trouble névrotique ou psychotique. Toutefois, le repli sur soi-même et la séparation totale d’avec la réalité peuvent avoir des effets plus ou moins bouleversants pour lui et son entourage.

Traitements

Bien qu’il n’existe pas de traitement contre la mythomanie, une thérapie psychiatrique pourra soulager ce mal. A travers cette analyse, le psychiatre pourra aider le patient à retrouver les causes cachées de sa maladie dans son inconscient et, par la même occasion, trouver une voie vers la guérison.

Prévention

Seul un bon examen psychologique du malade pourra l’aider à comprendre sa maladie et, surtout, l’aider à se soigner en trouvant les causes dans son inconscient. Cependant, pour vouloir guérir, il faut que le mythomane se sente malade. Or, ce n’est pas toujours le cas. En outre, il semblerait qu’au lieu de souffrir de cette situation, le mythomane en tire une grande fierté.